Youtube Twitter LinkedIn Facebook
© Ugitech
16 décembre 2019

Une opération pour protéger l’environnement en réduisant ses coûts

MécaSphère

Des actions simples et rapides suffisent parfois pour optimiser ses flux d’énergie, d’eau et de déchets, tout en réduisant ses factures. L’opération de l’Ademe, dont la FIM est partenaire, est plébiscitée par les PME qui en ont bénéficié. Découvrez le témoignage de deux industriels mécaniciens.

32 000 € : c'est le gain potentiel estimé par Eliane Goutelle, responsable administrative et correspondante HSE (Hygiène sécurité environnement) du site Ugitech de Saint-Etienne. L’entreprise de rectification et de traitement de surface de 23 salariés a mis en place des actions pour réduire ses consommations d’énergie et d’eau en participant à "TPE et PME gagnantes sur tous le coûts".

"Prioriser nos actions"

Ugitech fait partie des 246 sociétés engagées depuis 2017 dans cette opération de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, voir encadré) dont la FIM est partenaire. "Elle s’inscrivait dans la continuité d’un travail déjà engagé pour maîtriser les coûts des consommables. Cela nous a permis de prioriser nos actions", témoigne Eliane Goutelle. Le compresseur du process de traitement de surface par électrolyse et celui des rectifieuses, énergivores, ont été changés.

Une étude sur le remplacement des ampoules par des leds a été engagée. Des radians vont remplacer progressivement le chauffage au gaz. S’il s’avère, compliqué de réduire la consommation d’eau dans le process, des sanitaires neufs avec économiseur d’eau vont être installés.

Un programme d’actions sur les déchets est en cours, avec notamment leur tri (carton, bois, ferraille) pour les valoriser. "Nous réfléchissons également à trouver des entreprises dans le voisinage qui pourraient récupérer des bagues plastique, des caisses en bois ou des bandes abrasives, dans le cadre de l’économie circulaire", indique Eliane Goutelle.

"Trouver des solutions simples"

Chez GLI Industrie, installé à Bischwiller (Bas Rhin), il est encore trop tôt pour chiffrer précisément les économies réalisées. Mais pour André Schmitt, le responsable HSE, "l’opération permet de trouver des solutions simples pour limiter la quantité de déchets et réduire les coûts." L’entreprise qui fabrique et rénove des appareils à pression (bouteilles et réservoirs de gaz liquéfié) travaille dans trois directions : les déchets banals, les eaux souillées sur les presses d’emboutissage et le plastique.

L’installation d’une benne à toit ouvrant a permis d’augmenter le tonnage des déchets banals récupérés et les cartons sont compactés. Un séparateur eau/huile doit être installé sur les presses cette année. Une étude est en cours pour broyer les déchets plastique, afin de les valoriser plutôt que de les enfouir.

Selon l’enquête menée par l’Ademe, 92 % des entreprises participantes sont satisfaites de l’accompagnement (60 % très satisfaites). Le gain annuel moyen par salarié atteint 200 euros. Pourtant, constate France de Baillenx, responsable environnement de la FIM, "on reste encore loin de l’ambition d’accompagner 2 000 entreprises. Les PME et les TPE mécaniciennes ont tout à gagner à participer à cette opération, non seulement pour participer à la préservation de l’environnement, mais également pour réduire leurs coûts". Le dispositif a été prolongé jusqu'en juin 2020.

 

Retrouvez le magazine MécaSphère d'octobre 2019 dans son intégralité

 

Contact

France DE BAILLENX - 01 47 17 64 01 - fdebaillenx@fimeca.org

Sur le même sujet...