Youtube Twitter LinkedIn Facebook
31 août 2018

La FIM regrette le manque de vision du gouvernement en matière de politique économique

Bruno Grandjean, président de la Fédération des Industries Mécaniques réagit aux annonces du Premier Ministre Edouard Philippe lors de l’Université d’été du Medef le 27 août dernier.

Pour le président de la FIM, le discours d’Edouard Philippe souffre d’un manque de doctrine, de vision, de constance et d'anticipation : "Une vision long terme, au moins sur le quinquennat, serait pourtant une des clés de succès de la compétitivité de l’industrie française", explique-t-il.

"La compétitivité demande une suite de mesures cohérentes, pas des mesures isolées qui ont chacune un rendement politique. Il faut continuer cette politique de compétitivité initiée avec le rapport Gallois, là où il y a un gisement d'emplois qualifiés." déclare Bruno Grandjean.

L’une des annonces du Premier Ministre portait sur l’exonération des charges liées aux heures de travail supplémentaires. Une mesure qui devrait voir le jour en septembre 2019. "Elle est à la fois insuffisante et tardive", regrette-t-il.

Bruno Grandjean redoute l’essoufflement de l’action gouvernementale. Un risque d’autant plus grand qu’avec "la fin de la taxe sur les farines, le gouvernement se trompe de sujet. Les quelques millions gagnés ne sont pas à la hauteur de l’effet pervers des taxes de production payées par les entreprises."

Sensibilisé à ce problème, le gouvernement a créé un groupe de travail composé d’industriels et de hauts fonctionnaires sur la fiscalité de production. De cette réflexion a abouti un rapport, co-rédigé parJacques Le Pape (IGF) et Yves Dubief (UIT). Pourtant, aucune baisse de ces taxes n’est prévue. "Le sujet est retombé. On n'en parle plus", déplore Bruno Grandjean, "On a eu un premier rapport, on en commande un deuxième. C'est le retour de l'ancienne politique, les rapports pour enterrer les problèmes."

Pour le président de la FIM, "les annonces ne sont pas à la hauteur des enjeux de compétitivité de l’industrie française qui enregistre en 2017 un déficit de son commerce extérieur de 50 milliards d’euros."

Sur le même sujet...