"Nous avons besoin de manuels intellectuels" Caroline Delloye, groupe Gonzales
publié le 24/01/2019

Concevoir, fabriquer, intégrer des machines spéciales dans les usines, c’est la vocation du Groupe Gonzales. Cette ETI de 350 salariés fournit les biens d’équipement industriels qui permettent de fabriquer tous les produits du quotidien qui nous entourent.

Pour Caroline Delloye, sa directrice générale déléguée, « L’humain est au centre de tout. Nous fabriquons les machines automatisées qui vont aller chez nos clients mais chez nous, nous avons besoin de manuels intellectuels. Depuis la conception jusqu’à la remise en main client de la machine, nous proposons une vaste palette de métiers : le chargé d’affaire orchestre le projet du client, toutes les spécialités du Bureau d’études sont représentées pour la conception des machines puis nous avons toute l’équipe qui va la fabriquer.

Comme nous fabriquons de A à Z, ça va de l’usinage avec des fraiseurs, des tourneurs, qui vont prendre un brut pour faire une pièce ; les monteurs mécaniciens, les automaticiens qui sont aussi au bureau d’études, les électriciens, les hydrauliciens, etc. Plus particulièrement dans le groupe nous avons un métier qui existe depuis 1995 : la mécano-soudure. Il concerne des pièces très sensibles utilisées notamment pour le nucléaire. La compétence humaine y est primordiale : pour sa précision, le choix de la matière, etc. »

Ce plateau TV a été filmé à l’occasion de L’Usine Extraordinaire avec le soutien de la FIM et du Symop (Syndicat des créateurs de solutions industrielles).

Découvrez l’intégralité du témoignage de Caroline Delloye "Nous avons besoins de manuels intellectuels".