Youtube Twitter LinkedIn Facebook
© Gravotech
28 novembre 2019

Comment accélérer votre transition vers l’Industrie du Futur ?

MécaSphère

En rassemblant tous les acteurs de l’innovation en un seul lieu, les centres d’accélération permettront d’accompagner rapidement les PME dans leur transition vers l’Industrie du Futur. Les CTI (centres techniques industriels) pourraient être au coeur du dispositif.

Le premier ministre, Édouard Philippe, rappelait à l’automne 2018 la nécessité d’accélérer la dynamique de transformation des 213 000 entreprises qui composent le tissu de l'industrie  manufacturière.
En partenariat avec les Régions, l’État propose de relever le défi, en mobilisant des programmes pour 10 000 nouveaux accompagnements pour la maîtrise des technologies de l’Industrie du Futur et la modernisation des usines d’ici 2022. Pour atteindre cet objectif, l’État et les Régions s’apprêtent à consacrer 60 millions d’euros d’aides publiques.

Les CTI sont d’ores et déjà sollicités pour être au cœur du dispositif. Ces programmes "10 000 Entreprises" viendront alimenter les nouvelles plateformes d’accélération que l’État souhaite déployer sur le territoire français. Ancrées sur un territoire, elles constituent un écosystème privilégié s’adossant aux structures d’innovation et de transfert technologique existants, permettant de favoriser la dynamique de déploiement de l’Industrie du Futur par la diffusion, l’appropriation et l’intégration de ses technologies dans les ateliers des PMI et ETI.

La plateforme d’accélération est définie comme une articulation à la carte de services existants ou spécifiquement "upgradés" autour d’un triptyque Technologies / Ressources / Formation. Elle permettra de créer de la valeur pour chaque PME par le traitement local "justement dimensionné" et "à la carte" de ses projets de transformation. Si le coeur de ses compétences est technologique, la plateforme a aussi une approche d’accompagnement sur projets. Elle constitue un service complet (de la prestation du quotidien à l’innovation de rupture, en passant par la formation) qui nécessite des moyens flexibles (pour la démonstration, la faisabilité adaptée et la validation des questions d’exploitation industrielles), et surtout des ressources méthodologiques logiques et humaines, avec l’expérience du métier d'une PME.

"Ne réinventons pas la roue"
C'est dans cet esprit qu'a été créée la plateforme de Mulhouse, portée par le Cetim en partenariat avec Holo3 – un centre d’innovation en technologies optiques et imagerie - l’UIMM et la région Grand Est. Ce technocentre devrait proposer un démonstrateur industriel.
En partant de l’état actuel de l’entreprise, il détermine le cheminement à parcourir pour parvenir à un plus grand degré de maturité technologique et numérique. L'idée est née des besoins des entreprises accompagnées par le Cetim Grand Est, spécialisé dans les solutions innovantes de contrôle en temps réel. Outre l’accès à des démonstrateurs préfigurant leurs lignes de production, le technocentre permettra aux entreprises de bénéficier d’un accompagnement global intégrant aussi les dimensions organisationnelles et économiques.

Le rapport sur l'Industrie du Futur, remis en juin dernier par la députée Anne-Laure Cattelot et le président de l’Alliance Industrie du Futur, Bruno Grandjean, conforte les CTI dans leur rôle. Comme le souligne, Daniel Richet, directeur général du Cetim, "aider les PME à monter en gamme et à s'approprier les nouvelles technologies, c'est notre travail. Ne réinventons pas la roue. Le Cetim est à l’avant-garde de ce savoir-faire 4.0, prêt à accélérer avec les industriels et les pouvoirs publics".

 

Retrouvez le magazine MécaSphère d'octobre 2019 dans son intégralité

Sur le même sujet...