Youtube Twitter LinkedIn Facebook
© L’indicateur Global Artema est un solde d’opinion qui offre une image de la conjoncture de toutesles professions d’Artema depuis le mois de janvier 2008. Il compte aujourd’hui environ 100 répondants chaque mois.
30 août 2021

L’Indicateur Global Artema reste à un bon niveau au 2ème trimestre

Présentes dans toutes les machines industrielles ou mobiles, les professions d’Artema - le syndicat des industriels de la Mécatronique - finalisent un bon premier semestre.

L'Indicateur global Artema se maintient à une bonne hauteur à fin juin 2021 malgré un léger décrochage dû à un effet de base. A partir de juin, la comparaison ne se fait plus par rapport à des mois dévastés liés au 1er confinement (mars à mai 2020) mais avec des mois de reprise progressive de l’activité (juin 2020). La conjoncture pour l’ensemble des professions d’Artema est jugée satisfaisante avec toujours de fortes disparités. Certaines professions rattraperont très probablement le niveau de 2019 avant la fin de l’année, d’autres visent plutôt 2022 pour y arriver. En mars 2021, c’est l’ensemble des professions, y compris les transmissions mécaniques, l’étanchéité, les roulements et les fixations « Industrie », qui voient leur conjoncture s’améliorer mais à des vitesses et des niveaux sensiblement différents. Pour les transmission hydrauliques et pneumatiques, l’activité bat son plein, des records mensuels en commandes sont pulvérisés, ce qui augmente une fébrilité générale parfois déconcertante. Les chiffres d’affaires dignes de 2019 reviennent en juin, mais au niveau du semestre, l’écart subsiste avec le niveau d’avant la crise sanitaire. Les fixations bâtiment, les réducteurs et plus récemment les roulements pour l’industrie vivent également une conjoncture très dynamique. Les guidages linéaires réalisent un bon premier semestre 2021 mais restent encore loin de 2019. Les secteurs des agroéquipements, de l’agroalimentaire, de la pharmacie, le médical, conservent toujours la tête des secteurs clients les plus actifs. L’aéronautique renaît peu à peu avec l’activité hélicoptère et de plus en plus de projets en moyens courriers. Le spatial se porte bien. Le secteur automobile accablé par les pénuries de semi-conducteurs retombe dans une période très difficile. De manière globale, des projets existent, les carnets sont remplis et le 2ème semestre est vu plutôt favorablement. Une grande prudence demeure car la fébrilité générale des commandes est toujours à l’ordre du jour, certains clients font du surstockage, et la situation des matières premières et de l’approvisionnement notamment en composants électroniques restent des facteurs d’inquiétudes à surveiller de près.

A télécharger

CP_Artema_conjoncture_economique_T2_2021.pdf

Sur le même sujet...