Youtube Twitter LinkedIn Facebook
© Promeca com / Freepik
5 mai 2020

La FIM propose des actions de sortie de crise pour relancer l’économie

Cette note établit les propositions de la Fédération des Industries Mécaniques, dans le contexte de la sortie de
crise du Covid-19. L’objectif est d’obtenir le soutien des Pouvoirs Publics, afin notamment d’accélérer la reprise et
de limiter les effets négatifs de la crise sanitaire.

L’industrie française est essentielle à la vie de notre pays, elle est le moteur de notre économie : pas d’économie et d’emplois en France sans industrie, sachant qu’un emploi dans l’industrie induit quatre emplois dans le reste de l’économie.

L’industrie française risque le plus grand déclin de son histoire :

  • Depuis le confinement, le plongeon de l’activité industrielle est d’une violence inédite (-90% dans l’automobile, -80% dans l’aéronautique, -80% dans le bâtiment, - 50% dans l’énergie…)
  • En parallèle, la Chine redémarre et la situation est moins critique chez nos voisins allemands et autrichiens. Nous sommes en train de perdre du terrain, et pour longtemps
  • Le « retour à la normale » / la « reprise comme avant » est une utopie : cette pandémie laissera à l’industrie française des cicatrices qu’il sera difficile de refermer. Les conséquences économiques et sociales à moyen et long terme en seront dramatiques.

 

Notre pays ne pourra pas se relever de cette crise si son industrie s’effondre. Ce serait une perte majeure de souveraineté pour le pays et in fine d’autonomie, de liberté et d’emplois pour les Français.

Les industries mécaniques conçoivent des pièces, composants, sous-ensembles et équipements pour tous les secteurs de l’économie :

  • Pièces mécaniques issues d’opération de fonderie, forge, usinage, formage, décolletage, traitement de surface…
  • Composants et sous-ensembles intégrés dans les produits des clients
  • Équipements de production (machines, robots, etc.) et équipements mécaniques (pour la santé, l’agriculture, les travaux publics, le bâtiment, la restauration, la lutte contre l’incendie, la mesure, la photonique, l’approvisionnement en eau, la production d’énergie…)
  • Produits de grande consommation (arts de la table, outillage, ...).

 

Fort d’un chiffre d’affaires de 135 MM€ en 2019, dont près de 50 % à l’export, le secteur des industries mécaniques est le premier employeur industriel de France avec 615 000 collaborateurs.

Le Président de la République a confirmé, lors de son allocution du 13 avril dernier, que les entreprises qui ont élaboré des procédures et règles de sécurité sanitaires strictes face au Covid-19 doivent pouvoir fonctionner. L’industrie est dans une situation particulièrement préoccupante aujourd’hui.

Les mesures de soutien déployées sont nécessaires à la survie à court terme de nos entreprises et de leurs emplois et nous saluons la mobilisation et le dispositif mis en place par le Gouvernement.

Mais le plan d’urgence ne suffira pas si l’arrêt de l’activité dure trop longtemps et nous risquons de nous retrouver demain face à une série de faillites et de licenciements. Sur l'ensemble de la chaîne, y compris les PME, toutes les entreprises sont aujourd'hui sous perfusion de trésorerie. Pour ne pas ajouter un drame économique et social à la catastrophe sanitaire, nous devrons certainement prendre des mesures dédiées.

Au-delà des mesures mises en œuvre aujourd’hui, le soutien de l’Etat sera crucial pour défendre notre industrie et son avenir dans la période de récession qui s’annonce. D’autant que les problèmes déjà existants se poseront avec d’autant plus d’acuité (pression fiscale, souveraineté nationale, etc.).

La date du 11 mai donne de la visibilité et des perspectives pour les entrepreneurs dans la perspective de la reprise. Nous avons travaillé depuis le début du confinement pour pouvoir reprendre l’activité tout en préservant la sécurité et la santé des salariés. Différents protocoles de reprise ou guides ont été établis et proposent des séries de mesures pour adapter l’organisation et l’environnement de travail dans les usines pour assurer la sécurité sanitaire de tous. Elles sont d’ores-et-déjà mises en œuvre dans un certain nombre d’usines qui ont pu reprendre le travail en toute sécurité, dans des conditions sanitaires irréprochables.

Si beaucoup d’entreprises ont été contraintes de ralentir ou cesser leurs activités, il est essentiel que la vie économique et sociale de la Nation, durement impactée par cette crise sanitaire, puisse être progressivement restaurée dans des conditions de sécurité extrêmement rigoureuses car il en va de l’avenir de notre pays, de notre industrie et de ses emplois.

Un plan de reprise à court terme devient vital pour nos entreprises et pour l’emploi ; une vision stratégique de moyen terme pour notre industrie l’est tout autant. Notre action est déterminante.

 

Les propositions de la FIM, détaillées dans le document ci-joint, portent sur les points suivants : 

  • les mesures transitoires

  • le maintien des démarches pré-crise destinées à renforcer la compétitivité de l’industrie français

  • les mesures d’accompagnement de la reprise

  • le plan d’investissement et développement des entreprises

  • la souveraineté et protection des entreprises

  • la diversification de la chaîne de valeur et relocalisation

  • la transition écologique et numérique, maintien des compétences et aspects réglementaires

A télécharger

Note de Position FIM - Propositions pour la sortie de crise 05052020.pdf

Contact

Philippe CONTET - 01 47 17 62 89 - pcontet@fimeca.org

Sur le même sujet...