Youtube Twitter LinkedIn Facebook
19 octobre 2020

Note de conjoncture - Octobre 2020

Mois après mois, le redressement des carnets de commandes et des perspectives de production s’opère depuis le point bas d’avril 2020 mais cette relative amélioration est dépourvue de toute vigueur, la production continuant d’enregistrer une baisse significative par rapport à la même période de l’année précédente. Selon le baromètre FIM, la baisse des facturations est estimée à – 9,7 % au mois de septembre 2020. L’évolution de la demande intérieure contribue un peu plus à l’évolution de la production totale ; la demande étrangère reste à un niveau bas même si elle se redresse. En glissement annuel, les premières prévisions d’activité aux mois d’octobre et novembre 2020 correspondent respectivement à – 8,2 % et – 7,5 %. 

Sur le marché intérieur, l’activité de l’ensemble de l’industrie se contracte de – 13,3 % durant les huit premiers mois de 2020 en glissement annuel bien que la tendance se redresse légèrement depuis mai 2020 par rapport au mois précédent. Tous les secteurs industriels enregistrent une baisse de leur activité à l’exception de la pharmacie pour laquelle la production augmente de janvier à août 2020. Les industries agroalimentaires et les industries extractives enregistrent une baisse limitée de leurs activités. La production a fortement chuté pour l’automobile au cours des huit premiers mois de 2020 (- 38,8 %), la baisse étant limitée pour les autres matériels de transport. Tous les autres secteurs clients de la mécanique française en France enregistrent une baisse d’activité à deux chiffres depuis le début de l’année 2020, c‘est le cas notamment pour le secteur de la construction, le secteur de la métallurgie, le caoutchouc-plastique, la chimie, le secteur du bois, papier et imprimerie, le textile, habillement ainsi que les cuirs et chaussures et enfin la construction électrique. Pour les trois prochains mois, les opinions des mécaniciens s’améliorent tout en restant défavorables.

Selon les douanes françaises, la baisse des exportations durant les huit premiers mois de 2020 est de – 16,8 %. Le redressement de la demande étrangère reste très limité selon les entreprises mécaniciennes qui participent à l’enquête mensuelle de conjoncture. Cette baisse significative des exportations concerne tous les principaux pays clients de la mécanique française. Les expéditions diminuent de – 15,1 % sur l’Allemagne, - 18,6 % sur l’Italie, - 21,9 % sur l’Espagne, - 14 % sur la Belgique, - 20,6 % sur le Portugal, - 15,2 % sur la Pologne. Le recul des exportations à destination des pays membres de l’Union européenne est de – 16,3 %. Les expéditions vers les pays tiers se sont aussi contractées durant les huit premiers mois de l’année 2020 (- 17,4 %) : - 27 % vers les Etats-Unis, - 21,7 % vers le Canada, - 30 % vers le Brésil, - 13,5 % vers l’Inde, - 19,9 % vers le Japon et – 14,9 % vers la Chine. Le carnet de commandes étranger est jugé moins étoffé par les entreprises mécaniciennes ; les exportations ne devraient pas évoluer significativement au cours des prochains mois.

Equipements de production et équipements mécaniques

Le volume de production réalisé au mois de juillet 2020 a légèrement fléchi par rapport à juin 2020 alors qu’une croissance de l’activité a été enregistrée aux mois de mai et juin par rapport aux mois précédents. Ce ralentissement de mois de juillet 2020 est à relativiser car il fait suite à des bonds significatifs des livraisons durant les deux précédents mois. Cette évolution concerne quelques principales machines. C’est le cas notamment pour la fabrication de matériels de levage et de manutention, la fabrication de machines-outils, la fabrication de machines pour les industries du papier et du carton et les équipements aérauliques et frigorifiques. Toutefois, en cumul, de janvier à juillet 2020, toutes les familles d’équipements enregistrent une baisse des facturations à l’exception de la fabrication de machines pour le travail du caoutchouc ou des plastiques pour laquelle les ventes totales croissent de + 5 % par rapport aux sept premiers mois de l’année précédente. Par ailleurs, le recul des livraisons est ramené à – 10,5 % pour le machinisme agricole et - 10,7 % pour les fours et brûleurs. Les opinions des industriels sur leurs carnets de commandes et sur l’activité future se redressent mais restent toutefois dans le territoire négatif. La production d’équipements mécaniques devrait poursuivre sa progression par rapport aux mois précédents mais le niveau devrait rester encore en dessous de celui de 2019. 

Composants et sous-ensembles intégrés

L’activité du secteur des composants et des sous-ensembles intégrés suit celle des équipements. Le recul des facturations est de – 14,9 % durant les sept premiers mois de 2020. La fabrication de moteurs et turbines, la fabrication d'engrenages et d'organes mécaniques de transmission et la fabrication d'équipements hydraulique et pneumatique enregistrent des baisses de ventes significatives. La hausse de la production enregistrée au mois de mai (+ 7,8 % par rapport à avril 2020) et au mois de juin (+ 20,4 % par rapport à mai 2020) a cédé la place à un recul des livraisons de – 8,1 % au mois de juillet 2020 par rapport à juin 2020. Les opinions des industriels sont défavorables par rapport à l’année passée mais elles s’améliorent par rapport au point bas d’avril/mai 2020.

Pièces mécaniques issues de la sous-traitance

Même si les entreprises travaillant pour les constructeurs automobiles constatent une récente amélioration, celle-ci n’apparaît pas encore dans les chiffres. La baisse des ventes du secteur de la fonderie est de – 30 % pour les sept premiers mois de 2020 alors que la diminution est de – 27,7 % pour le décolletage, la forge, l’estampage et le matriçage ainsi que le découpage-emboutissage. La baisse est de – 22 % pour la mécanique industrielle. Le recul le plus faible est enregistré par le traitement et le revêtement des métaux. Les prises de commandes sur le marché intérieur, notamment en provenance du secteur automobile et de la construction, pourraient compenser en partie la faiblesse des prises d‘ordres sur le marché étranger. La baisse de l’activité du secteur devrait être limitée au cours des prochains mois à la suite de ce jeu de compensation.

Produits de grande consommation

Le recul des facturations est presque identique à celui du secteur des composants. La fabrication de coutellerie enregistre la baisse moyenne observée pour l’ensemble du secteur. Les outillages et les petits articles métalliques ne sont pas non plus épargnés par cette insuffisance d’activité.

Au total, la production se redresse au mois de mai 2020 et l’activité réalise un bond au mois de juin. Les facturations marquent toutefois le pas au mois de juillet 2020 par rapport à ce bond. Comparé à la même période de l’année précédente, le niveau de la production reste encore très bas durant les sept premiers mois de 2020. Les opinions des industriels s’améliorent et la production ne devrait se redresser que très lentement, la demande étrangère n’étant pas très dynamique.

 

A télécharger

Note de conjoncture IM - Octobre 2020.pdf

Contact

Désiré RAHARIVOHITRA - 01 47 17 60 42 - DRAHARIVOHITRA@fimeca.org

Sur le même sujet...