Economie Conjoncture
Note de Conjoncture - Juillet 2014
publié le 23/07/2014

Le climat des affaires s’est dégradé en juin 2014. L’indicateur relatif à celui-ci s’est replié dans l’industrie, dans le commerce de détail et dans le bâtiment alors qu’il est resté stable dans les services. Les opinions des entreprises mécaniciennes sur leur activité passée restent étales même si les avis sur les carnets globaux s’améliorent très lentement. Cette amélioration est liée à l’évolution du marché intérieur ; les prises de commandes à l’étranger marquent une pause depuis mai 2014. Le volume du carnet de commandes est compris entre un et trois mois d’activité selon les chefs d’entreprises mécaniciennes. Le niveau des stocks de produits finis augmente légèrement pour l’ensemble mécanique et est devenu supérieur à la moyenne de longue période du fait d’un gonflement des stocks de la transformation des métaux. Les charges des bureaux d’études et les effectifs devraient rester stables.

Les exportations des industries mécaniques se stabilisent durant les cinq premiers mois de 2014 (+ 0,3 %). Cette stabilisation masque des évolutions différentes. Les ventes à destination des pays membres de l’Union européenne ont progressé de + 2,7 % pour les cinq premiers mois de 2014. A l’inverse, les expéditions vers les pays tiers enregistrent une diminution de - 2,6 %. La progression au sein de l’UE résulte d’une croissance des ventes vers les marchés allemand (+ 2,7 % pour les cinq premiers mois de 2014), italien (+ 4,5 %), britannique (+ 9,2 %), espagnol (+ 3,1 %) et portugais (+ 8,5 %). A l’inverse, le recul des ventes vers les pays tiers est expliqué par la diminution des ventes notamment vers la Russie (- 11 %), le Maroc (- 14,2 %), la Tunisie (- 19,5 %), la Turquie (- 23,1 %) et le Brésil (- 19,5 %). L’ensemble de la demande étrangère s’est dégradée au mois de juin 2014 du fait des pays tiers ; les exportations vers l’Union européenne devraient continuer de croître légèrement à court terme selon les entreprises mécaniciennes.

Parallèlement, l’activité liée au marché national s’est stabilisée au mois de juin 2014 selon l’enquête mensuelle de tendance FIM ; la conjoncture des secteurs clients en France était globalement mal orientée en juin 2014. Dans le secteur des industries agroalimentaires, l’activité passée a reculé. Les carnets de commandes globaux et étrangers se sont dégradés et leur volume est considéré inférieur à la normale. Les entreprises de ce secteur prévoient toutefois une amélioration de leur activité à court terme. Dans les équipements électriques, électroniques et informatiques, l’activité s’est fortement dégradée. La demande globale et étrangère est considérée très faible par les industriels. Même si les stocks de produits finis sont jugés conformes à la normale, les perspectives de production sont mal orientées pour les mois à venir. Ce climat conjoncturel défavorable touche aussi le secteur du caoutchouc, le bâtiment et les travaux publics. A l’inverse, l’activité a été dynamique dans le secteur du matériel de transport, notamment l’automobile, et dans le secteur de la chimie. Selon les douanes françaises, les importations en produits mécaniques sont en léger recul (- 0,8 % pour les cinq premiers mois de 2014 par rapport à la même période de l’année précédente). Les importations en provenance du Royaume-Uni, du Portugal et de la Russie ont progressé alors que celles en provenance des autres pays ont baissé. Les entreprises mécaniciennes prévoient une amélioration de la demande domestique à court terme.                                                                                                                                                                                                                            

Secteur de la transformation :

Les ventes totales progressent depuis le début de l’année 2014 (+ 1,9 % en valeur de janvier à avril 2014 par rapport à la même période de l’année précédente). La hausse des ventes atteint + 2,7 % pour le secteur de la sous-traitance. Les hausses les plus fortes sont enregistrées par la forge-estampage, la métallurgie des poudres (+ 6 %) et le décolletage (+ 6,9 %). Les facturations progressent de + 2,7 % pour la mécanique industrielle, et de + 2,1 % pour le traitement des métaux. La progression du chiffre d’affaires de la branche découpage emboutissage enregistrée au premier trimestre 2014 est effacée par un recul des ventes au mois d’avril, la hausse n’étant plus que de + 0,5 % pour les 4 premiers mois de 2014. L’augmentation est de + 1,6 % pour la construction métallique. Le secteur des articles en métaux enregistre une progression des ventes de + 2,5 % durant les quatre premiers mois de 2014 alors que le secteur de la chaudronnerie, la réparation d’ouvrages en métaux, les installations de structures métalliques et la tuyauterie enregistre une stabilisation (+ 0,1 % pour le cumul des quatre mois 2014). Selon les douanes françaises, les exportations des entreprises de la transformation sont en retrait durant les cinq premiers mois de 2014 (- 1,1 % au global, soit une hausse de + 1,5 % vers les pays membres de l’Union européenne contre une baisse de – 4,8 % vers les pays tiers). Selon les entreprises mécaniciennes, la demande totale s’est dégradée en juin 2014 du fait d’une contraction de la demande étrangère. Les stocks de produits finis augmentent et sont supérieurs à leur moyenne de longue période. Toutefois, les opinions des industriels sur la production prévue se redressent ; la légère progression de la demande en provenance du marché intérieur explique probablement ce redressement global.

Secteur de l’équipement :

La croissance des facturations ralentit. La progression des ventes totales, + 3 % en valeur pour l’ensemble du secteur au premier trimestre, est ramenée à + 2,3 % pour les quatre premiers mois de 2014, une stabilisation étant enregistrée au mois d’avril. La hausse des facturations de composants est de + 5,5 % au cours des quatre premiers mois de 2014 par rapport à la même période de l’année précédente. Toutes les catégories de composants ont progressé. Les livraisons de moteurs, de turbines et de transmissions hydrauliques ont bondi en avril 2014. La croissance des ventes est soutenue pour les roulements et les transmissions mécaniques. A l’inverse, les facturations de pompes, de compresseurs et de robinetterie tendent à se stabiliser au mois d’avril 2014. Dans le secteur des machines d’usage général, les ventes totales ont progressé de + 4,6 % pour les quatre premiers mois de 2014. A l’exception des équipements pour l’industrie chimique qui enregistrent une baisse des ventes, les facturations totales ont progressé pour l’ensemble des familles d’équipement. La croissance des facturations d’équipements aérauliques et frigorifiques est de + 5,4 % pour les quatre premiers mois de 2014. Les ventes de matériels de levage et de manutention, de matériels d’emballage et de conditionnement, et de matériels de pesage progressent faiblement au mois d’avril 2014. Les livraisons du secteur du machinisme agricole sont en baisse de 4,9 % durant les quatre premiers mois de 2014. Le recul des ventes de machines-outils est ramené à - 3,4 % pour le premier quadrimestre de 2014. Quant aux machines d’usages spécifiques, la baisse des facturations est de – 3,7 % pour les quatre premiers mois de 2014. Cette diminution touche les matériels de construction, les matériels pour papier carton, les matériels d’imprimerie, et les machines d’assemblage. A l’inverse, les facturations augmentent pour les matériels textiles. Selon les douanes françaises, les exportations de l’ensemble du secteur de l’équipement se stabilisent au cours des cinq premiers mois de 2014 (+ 0,4 %). Les entreprises mécaniciennes prévoient une légère hausse de l’activité à court terme.

Secteur de la précision :

La croissance du chiffre d’affaires du secteur s’est intensifiée : + 4,6 % pour le premier quadrimestre de 2014 contre + 3,9 % au premier trimestre 2014. Les ventes progressent pour tous les groupes d’équipement. La hausse la plus forte correspond au secteur de la lunetterie (+ 14,8 %). La demande adressée au secteur de la précision reste dynamique et les perspectives des constructeurs sont bien orientées. La production devrait encore augmenter à court terme.

Bien que la production des industries mécaniques soit en progression, un ralentissement de cette augmentation n’est pas à exclure à court terme.