Economie Conjoncture
La conjoncture des Industries Mécaniques - Septembre 2012
publié le 03/10/2012

Par ailleurs, malgré le ralentissement des prises de commandes à l'étranger, les exportations ont encore un bon niveau, la hausse a atteint + 7,5 % au mois de juillet par rapport au même mois de l'année précédente. Les exportations progressent de 3,9 % pour les sept premiers mois. Les livraisons ont augmenté vers l'Allemagne (+ 3,8 %), le Royaume-Uni (+ 6,8 %), le Danemark (+ 5,6 %), la Pologne (+ 6,1 %) et la Roumanie (+ 7,3 %). Le recul des exportations enregistré au niveau de l'ensemble de l'Union Européenne (- 2,1 %) s'explique ainsi par la baisse des ventes vers l'Italie
(- 8,5 %), l'Espagne (- 7,9 %), la Grèce (- 55,5 %) et les Pays-Bas (- 11,1 %). Ce sont les pays tiers qui soutiennent la croissance des exportations des industries mécaniques, notamment  la Chine (+ 49,5 %), les Etats-Unis (+ 30 %), la Russie (+ 23,4 %). Selon les mécaniciens, la demande étrangère s'est relativement améliorée en juillet/août après la tendance baissière enregistrée au premier semestre ; les exportations devraient ainsi se maintenir à court terme.

Parallèlement, les livraisons sur le marché intérieur ont atteint un palier et ne progressent plus. Selon les douanes françaises, les importations en produits mécaniques se sont stabilisées pour les sept premiers mois. Selon l'Insee, la croissance économique est nulle pour le troisième trimestre consécutif. Les investissements des entreprises ne devraient finalement augmenter que faiblement pour l'ensemble de l'année 2012. Le climat des affaires en France reste dégradé en août 2012 et même si les perspectives individuelles s'améliorent dans l'industrie manufacturière, l'activité resterait faible. Pour 2013, les perspectives des principaux secteurs clients sont différenciées. L'activité devrait se contracter pour les secteurs de la construction et l'automobile alors qu'elle devrait se maintenir voire croître pour les autres secteurs, notamment pour les IAA, l'industrie chimique, l'industrie ferroviaire, l'industrie aéronautique. Compte tenu de toutes ces hypothèses et à l'exception d'une forte dégradation de l'environnement économique global, le volume de l'activité des industries mécaniques en 2013 devrait être comparable à celui de 2012.

 

 

Secteur de la transformation :

Les facturations totales du secteur progressent de 1 % en valeur sur le premier semestre 2012. Les ventes augmentent pour la métallurgie de poudre, l'outillage à main (+ 6,7 %), la visserie-boulonnerie (+ 15,4 %),  les articles ménagers (+ 3,6 %), les articles métalliques (+ 4,6 %), le revêtement et traitement des métaux (+ 3,9 %). A l'inverse, la production se contracte pour la forge estampage (- 4,1%), l'outillage mécanique (- 6,9 %), les mobiliers métalliques (- 5,9 %), le découpage emboutissage
(- 8,4 %) et le décolletage (- 4,1 %). Les opinions des industriels sur la demande globale continuent de se dégrader alors que les prises de commandes à l'exportation se maintiennent. Les industriels n'anticipent pas de baisse de leur activité au cours des prochains mois.

 

Secteur de l'équipement :

L'activité reste soutenue pour les composants, les facturations étant en augmentation de 10,7 % au premier semestre 2012 par rapport à la même période de l'année précédente. Parallèlement, les livraisons totales évoluent favorablement pour le machinisme agricole (+ 7,9 %), les machines-outils (+ 6,4 %) et les machines d'usage général (+ 4,3 %) alors que les ventes se stabilisent pour les machines d'usages spécifiques (- 0,4 %). Après avoir crû de 4,3 % au premier semestre 2012, les exportations d'équipements mécaniques ont bondi de 9,2 % au mois de juillet. Les opinions des industriels sur la demande étrangère se sont améliorées en juillet-août après une dégradation marquée en mai-juin ; les constructeurs anticipent une stabilisation du volume de leur activité au cours des prochains mois.

 

Secteur de la précision :

Les facturations de matériels de précision augmentent de 4,3 % au cours du premier semestre 2012. Cette hausse globale est surtout le résultat de l'activité des équipements médicaux (+ 7,4 %) et de la lunetterie (+ 4,5 %), la progression étant limitée à + 1 % pour les matériels de mesure et de contrôle. La croissance du secteur est réalisée essentiellement sur le marché intérieur car la hausse des exportations reste limitée (+ 1 %). L'activité ne devrait pas fléchir à court terme ; les opinions des constructeurs sur leur activité future restent favorables.