Note de Conjoncture - Mai 2013
publié le 30/05/2013

L'environnement économique global continue de se dégrader en France. La croissance du PIB en 2013, initialement prévue à + 0,2 % à fin 2012 est ramenée à - 0,2 % actuellement pour l'ensemble de l'année. Selon l'INSEE, au premier trimestre 2013, le PIB en volume recule de nouveau : - 0,2 % après - 0,2 % fin 2012. Le climat des affaires dans l'industrie manufacturière continue de se détériorer. La production manufacturière s'est contractée de - 4,2 % au premier trimestre 2013 par rapport à la même période de l'année précédente alors que le recul de l'activité des industries mécaniques est limité à - 3,2 % en volume pour la même période d'après le baromètre FIM. Cette baisse concerne à la fois les livraisons sur le marché intérieur et les exportations d'après l'enquête de tendance réalisée par la FIM auprès de ses principales professions. Les entrées de commandes restent faibles et le volume du carnet est considéré inférieur à la normale. Les Professions mécaniciennes réunies lors de la Commission Economique FIM/Syndicats du 13 mai 2013 ont annoncé des perspectives individuelles négatives pour l'ensemble de l'année 2013 à l'exception du machinisme agricole.

 

Selon les douanes françaises, la baisse des exportations des industries mécaniques est de - 7,6 % au premier trimestre 2013. La transformation des métaux et les biens d'équipement mécaniques sont les plus touchés car le recul atteint respectivement - 10 ,6 % et - 7,5 %. La diminution des ventes à l'étranger de matériels de précision est limitée à - 2,7 % pour la même période. L'analyse par destination fait apparaître un recul des exportations de - 8,8 % sur l'Allemagne, - 3,7 % sur l'Italie, - 9,4 % sur le Royaume-Uni, - 6 % sur les Etats-Unis et - 38,3 % sur la Chine. Rares sont les marchés qui progressent comme la Turquie (+ 44,9 %) et l'Algérie (+ 24,4 %).

 

Parallèlement, la contraction du marché intérieur se traduit par un recul des importations de produits mécaniques au premier trimestre 2013. La baisse est de - 6,9 % pour la transformation des métaux contre - 7,5 % pour les biens d'équipement mécaniques, le recul étant de - 3,7 % pour les matériels de précision. La dégradation de la conjoncture des secteurs clients et le recul des dépenses d'investissement productif expliquent cette baisse du marché domestique. D'après l'enquête Investissement INSEE du mois d'avril, les chefs d'entreprises prévoient une baisse de 4% des investissements en données brutes en 2013 par rapport à 2012 dans l'industrie manufacturière. La situation économique s'est nettement détériorée car ces mêmes chefs d'entreprises prévoyaient une stabilisation des investissements productifs lors de l'enquête de janvier 2013.

 

Baromètre mai 2013

                                          

Secteur de la transformation :

L'activité du secteur a baissé de 6,8 % en valeur en février 2013 par rapport à la même période de l'année précédente. Le recul a concerné tous les groupes de matériels. La baisse est de - 5,7 % pour la chaudronnerie, la réparation d'ouvrages en métaux, les installations de structures métalliques et la tuyauterie. La diminution est de - 9 % pour la sous-traitance et de - 4,6 % pour les articles métalliques, le recul étant de - 5 % pour la construction métallique. Selon les douanes françaises, les exportations ont baissé de - 21,1 % pour la construction métallique au premier trimestre 2013 et de - 37,2 % pour la chaudronnerie, le recul des exportations étant de - 4,4% pour les articles ménagers. Côté importations, la baisse est aussi générale. La mauvaise conjoncture de la construction et de l'automobile ainsi que la faiblesse de la consommation des ménages (- 0,4 % au premier trimestre 2013) constituent des freins à l'amélioration de l'activité du secteur de la transformation des métaux. Les opinions des industriels sur l'activité prévue à court terme ne se dégradent plus mais restent encore dans la zone défavorable.

 

Secteur de l'équipement :

La baisse de l'activité du secteur de l'équipement s'est accentuée au mois de février,  soit - 4,7 % en valeur contre - 2,8 % au cours du mois précédent. Seul le machinisme agricole a enregistré une croissance en février 2013 par rapport à la même période de l'année précédente (+ 5,7 %), les ventes de composants étant en stabilisation. Le recul des facturations est de - 6,2 % en février 2013 pour les machines d'usage général, - 10,6 % pour les machines d'usages spécifiques et de - 20,6 % pour les machines-outils. D'après les statistiques douanières, toutes les familles d'équipement enregistrent une baisse des exportations au cours du premier trimestre 2013 par rapport à la même période de l'année précédente. Le recul des exportations est de - 4,9 % pour les machines et équipements d'usage général et pour le machinisme agricole, tandis que la diminution est significative pour les machines-outils (- 22,3 %) et les machines d'usages spécifiques (- 13,9 %). Quant au marché intérieur, celui-ci est en nette contraction car les importations totales ont baissé de 7,5 % au premier trimestre 2013 par rapport à la même période de l'année précédente. Seul le machinisme agricole échappe à cette contraction (+ 7,3 % de hausse des importations sur le premier trimestre), les importations de toutes les autres catégories d'équipement étant en diminution. Ce sont la dégradation de la conjoncture de principaux secteurs clients comme l'automobile et la construction et la baisse des dépenses d'investissement productif dans l'industrie manufacturière qui expliquent cette contraction du marché intérieur. Les opinions des industriels sur leur activité à court terme se sont relativement améliorées même si le volume du carnet de commandes reste encore faible.

 

Secteur de la précision :

Après un recul au mois de janvier, les facturations totales se sont stabilisées en février 2013 (- 0,3 % en valeur par rapport à la même période de l'année précédente). La progression des facturations d'équipements médicaux et de matériels d'optique compense ainsi le recul des livraisons de matériels de mesure et de contrôle. Parallèlement, la hausse des livraisons sur le marché intérieur contrebalance le recul des exportations au premier trimestre (- 2,7 %). Les industriels restent confiants quant à l'évolution à court terme de leur activité.

 

Au total, la baisse de l'activité des industries mécaniques au premier trimestre devrait se poursuivre à court terme en s'atténuant. A l'inverse, la révision à la baisse des prévisions d'investissement productif en France dans l'enquête INSEE du mois d'avril 2013 aura des impacts négatifs sur l'évolution de l'activité des industries mécaniques en 2013.