Note de conjoncture Février 2013
publié le 06/03/2013

Selon les entreprises, la conjoncture reste mal orientée en janvier 2013 dans les industries mécaniques. Deux facteurs expliquent cette situation. D'abord il y a un effet de base car le mois de janvier 2012, qui est le mois de référence, a été marqué par une activité soutenue des entreprises après l'intervention de la Banque Centrale Européenne fin 2011. Ensuite, cette dégradation est aussi la traduction directe de la faiblesse des prises d'ordres durant le quatrième trimestre 2012.

 

La lecture de ce tassement est très nette à travers l'analyse de l'évolution de l'activité productive calculée par le baromètre FIM. Après un très léger recul aux mois d'octobre et novembre 2012, l'activité s'est nettement contractée en décembre. Ce repli s'est aggravé car la baisse de l'activité pourrait atteindre - 2,8 % en volume en janvier 2013 par rapport à la même période de l'année précédente. L'enquête de tendance mensuelle réalisée par la FIM auprès de ses principales professions confirme cette baisse d'activité dans ses deux compartiments : exportations et activité liée au marché intérieur. 

 

En effet, selon les douanes françaises, les exportations des industries mécaniques se sont contractées après une croissance régulière durant les onze premiers mois de 2012. La baisse est de - 6,8 % en décembre 2012 par rapport à la même période de l'année précédente ; elle atteint même -12,7 % par rapport à novembre 2012. Cette variation négative concerne davantage les pays membres de l'Union Européenne (-11,9 % par rapport à décembre 2011) que les pays tiers (- 1,4 % sur un an). Les exportations ont diminué de - 14,4 % vers l'Allemagne, - 9,8 % vers l'Italie, - 3,7 % vers le Royaume-Uni et - 15,9 % vers l'Espagne. Le recul est de - 7,1 % vers les Etats-Unis, - 12,0 % vers la Chine,  les expéditions vers la Russie continuant de croître (+ 1,5 % en décembre 2012 par rapport à la même période de l'année précédente). Les réponses obtenues à l'enquête de tendance FIM, même si elles sont encore partielles, suggèrent une amélioration des prises de commandes à l'étranger au mois de janvier.       

 

Par ailleurs, plusieurs entreprises ont signalé la baisse des livraisons sur le marché intérieur en janvier 2013. Cette évolution est confirmée par les statistiques douanières qui font apparaître un recul des importations de - 11,9 % en décembre 2012 par rapport à la même période de l'année précédente. La conjoncture devrait toutefois s'améliorer au cours des trois prochains mois selon les mécaniciens car la plupart des entreprises ont enregistré une progression des prises de commandes sur le marché intérieur même si le niveau reste encore bas.

    

                         

    

Secteur de la transformation :

 

Les facturations du secteur progressent de 1,2 % en valeur sur les onze premiers mois de l'année 2012. Les ventes totales augmentent pour la chaudronnerie, la réparation d'ouvrages en métaux et les installations de structures métalliques et de tuyauterie alors que l'activité plafonne pour les articles en métaux et la construction métallique. A l'inverse, la sous-traitance est en léger retrait ; la dégradation de la conjoncture automobile pèse sur l'évolution de cette branche. Les exportations totales de l'ensemble des secteurs sont en baisse de - 3,6 % en décembre 2012 limitant ainsi la croissance des exportations de l'ensemble l'année 2012 à environ 1%  en données provisoires, avec une progression soutenue pour les produits de la chaudronnerie, une stabilisation pour les articles métalliques et une baisse pour la construction métallique. Les opinions des industriels sur la demande intérieure restent défavorables, une amélioration relative étant enregistrée à l'exportation. Le recul de ventes totales devrait se poursuivre à court terme.

 

Secteur de l'équipement :

 

Après une hausse soutenue en octobre (+ 8,4 %), l'activité s'est stabilisée en novembre 2012 (+ 0,5 %). La hausse des exportations est de + 2,9 % en données provisoires pour l'ensemble de l'année 2012. Le machinisme agricole progresse de 10,1 % pour l'année 2012 sur le marché étranger. Pour les machines-outils, les exportations sont en hausse de 3,8 % pour l'année  2012. Les machines d'usages spécifiques augmentent 3 % à l'international. Pour les composants et les machines d'usage général, les ventes à l'étranger sont en hausse de 2 % pour l'ensemble de l'année 2012. Sur le marché intérieur, la baisse des dépenses d'investissement productif dans l'industrie manufacturière, prévue pour 2013 lors de la précédente enquête INSEE vient d'être remplacée par les entrepreneurs par une stabilisation selon l'enquête de janvier 2013. Même si cette enquête comporte des biais, le signe de cette révision suppose qu'entre octobre 2012 et janvier 2013 les chefs d'entreprises constatent une amélioration relative de la conjoncture. La hausse des commandes enregistrées par les mécaniciens sur le marché intérieur en janvier 2013 suppose que la dégradation de la conjoncture dans le secteur de la construction (bâtiment et travaux publics) et dans le secteur automobile se trouve en partie contrebalancée par un maintien voire une légère augmentation des dépenses d'investissement dans les autres secteurs de l'industrie manufacturière.

 

Secteur de la précision :

 

Les facturations totales du secteur ont progressé de 7,7 % en octobre et de 5,1 % en novembre 2012. Tous les groupes de matériels sont en progression : les matériels médicaux, la lunetterie,  les équipements de mesure et de contrôle, les matériels d'optique. Cette croissance globale provient essentiellement de l'augmentation des livraisons sur le marché intérieur car les exportations n'ont progressé que de 0,2 %. Les constructeurs prévoient  le maintien d'une légère croissance de leur activité à court terme.

 

Au total, les prises de commandes jouent bien leur rôle d'indicateur avancé de l'évolution de l'activité et des facturations. La faiblesse des prises d'ordres au quatrième trimestre 2012 se traduit par une baisse des facturations au premier trimestre 2013. Symétriquement, la hausse des commandes enregistrées par les entreprises en janvier 2013, davantage à l'exportation que sur le marché intérieur, devrait améliorer l'activité future même si cette évolution reste embryonnaire et le niveau encore bas.