Les industries mécaniques alertent les grands clients sur la hausse des matières premières
publié le 18/01/2018

Depuis un an, les hausses répétées et continues du prix des matières premières mettent les industriels de la mécanique sous tension.

Cette flambée des coûts touche des matières premières qu’utilisent en grande quantité les mécaniciens : + 12 % en moyenne pour les aciers sur l’année 2017 et + 16 % pour les non-ferreux, selon les indices MECASTAR établis par la FIM. Les valeurs des indices sont en hausse de + 20,6 % pour les aciers et dépassent les + 30 % pour les métaux non-ferreux. Pour une entreprise mécanicienne de profil moyen, dont les métaux représentent 30 % de sa consommation intermédiaire, une hausse de 20 % des prix des métaux ferreux absorbe au moins 4 points du taux de marge de l’entreprise.

Les professions mécaniciennes les plus durement touchées sont les fabricants de biens d’équipement : la mécatronique, les constructeurs de pompes, fabricants de robinets, vannes, machinisme agricole, équipements pour infrastructures, manutention, machines spéciales, chaudronnerie, etc.

La hausse, qui devrait se poursuivre en 2018, représente l’un des risques les plus élevés pour l’activité de ces industriels mécaniciens en 2018 au moment où la croissance mondiale impose aux entreprises d’accroître leur activité tout en restant compétitives et réactives.

Dans le cadre de son enquête de tendance de l’activité réalisée par la FIM auprès des entreprises mécaniciennes, des fabricants signalent le refus de certains grands clients d’absorber une partie de ces hausses de prix.

La FIM alerte les grands clients de la mécanique sur la gravité de la situation et ses conséquences. Elle les appelle à s’engager rapidement dans une négociation raisonnable permettant ainsi de préserver l’équilibre économique de leur filière.